Hervé Dez : « L’entre-deux des diaporamas sonores est difficilement compatible avec l’industrie des médias »

On peut situer les diaporamas sonores dans un entre-deux de l’image. Ni photographie, ni film. Ils sont aussi dans la continuité d’une écriture visuelle qui traverse l’histoire de l’art et celle de l’industrie des médias. (…)

L’entre-deux des diaporamas sonores est difficilement compatible avec l’industrie des médias. Il faut que les images racontent une seule histoire. Une esthétique qui viendrait s’ajouter aux informations peut être tolérée voir souhaitée, mais surtout pas l’ambivalence des images.

La légèreté de la production des diaporamas sonores fait que, pour l’instant, les médias du web en font un contenu dynamique à peu de frais.

Si les diaporamas sonores doivent se rapprocher de la narration filmique pour les besoins de leurs diffusions, s’ils n’assument pas leur « entre-deux », il est à parier que dès que l’économie des médias internet sera viable, ils disparaîtront au profit des images de vidéo-reportages à la narration supra codée et compréhensible par la masse des récepteurs.

« L’ambiguïté du diaporama sonore« , par Hervé Dez, responsable éditorial du site Bsides.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :